mardi 18 octobre 2016

Cérémonie de lancement du Projet valorisation des variétés de maïs a hauts rendements dans l’espace UEMOA

Le Projet valorisation des variétés de maïs à hauts rendements dans l’espace UEMOA a été lancé aujourd’hui 18 octobre 2016 dans la salle de conférence de l’hôtel oasis de Niamey.
D’un coût global d’un milliard cent cinquante millions (1 150 000 000) de francs CFA, financé par l’UEMOA pour une durée de quatre (4) ans couvrant trois pays (le Burkina Faso, le Mali et le Niger). Ce Projet vise la valorisation des variétés de maïs de hauts rendements, à des fins d’alimentation humaine et animale. Trois allocutions ont marqués la cérémonie de lancement, tout d’abord celle du Représentant résident de la commission de l’UEMOA au Niger, Monsieur SERIGNE MBACHE Sourou, qui dans son allocution a précisé que le secteur agricole occupe plus de 2/3 de la population de l'espace UEMOA, et contribue pour 1/3 au Produit Intérieur Brut (PIB) communautaire. Cette contribution pourrait atteindre 35 voire 40% si l'on inclut les sous-secteurs de l'élevage et de la pêche.

En effet, il a souligné toute l'importance du secteur agricole dans le tissu socio-économique des Etats de la Région et l'attention toute particulière qu'il convient d'accorder à la valorisation des technologies mises au point par la recherche agricole. Le lancement de ce projet au Niger, avec la présence de nombreux décideurs, témoigne de l'engagement des responsables du Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage, à mettre au cœur de ses priorités, l'appropriation et la valorisation des résultats de la recherche dans le but de contribuer à l'amélioration de la production et de la productivité de nos filières agricoles.


Il a poursuivi son intervention en disant que la valorisation des produits de la recherche est un élément essentiel pour faire face aux nombreux défis de l'agriculture et du développement rural parmi lesquels on peut citer : la modernisation de l'agriculture familiale ; les changements climatiques et la pression sur les ressources naturelles ; le chômage des jeunes ; le rôle des femmes dans les processus de production, de transformation et de commercialisation des produits agricoles.
Dans cette perspective, la Politique Agricole de l'Union (PAU) est bâtie autour de trois axes d'intervention visant respectivement : l'adaptation des systèmes de production et l'amélioration de l'environnement de la production ; l'approfondissement du marché commun dans le domaine agricole et la gestion des ressources partagées ; et l'insertion de l'agriculture dans le marché régional et mondial.

mardi 24 mai 2016

Les Producteurs de la tomate sensibilisés et formés sur la gestion intégrée de la mineuse de la tomate « Tuta absoluta »

 Dans le cadre de ses activités le Projet « « tuta absoluta » financé par le Programme de Productivité Agricole en Afrique de Ouest (PPAAO-Niger), l'Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN) principal porteur de ce projet a organisé du 20 au 21 mai 2016 à l’hôtel Etran de Konni, un atelier de sensibilisation et de formation sur l’importance de mineuse de la tomate Tuta absoluta au Niger. Cet atelier a regroupé pendant deux jours d’éminents chercheurs spécialistes du domaine, des experts et techniciens de terrain ainsi que les représentants des projets et des organisations paysannes de la filière tomate au Niger.
Plusieurs allocutions ont marqué la cérémonie officielle d’ouverture de l’atelier. D’abord le maire de Birnin Konni s’est félicité du choix de sa ville pour abriter cette rencontre importante pour ses populations qui cultivent la tomate.
Dans son allocution le Représentant du Directeur Scientifique de l’INRAN, Dr Chaibou M. Gazali a indique que la mineuse de la tomate « tuta absoluta » est un ravageur nouvellement introduit  au Niger et dont la présence a été signalée qu’en 2013. Il est très dévastateur et constitue un facteur limitant à la production de la tomate dans les grands bassins de production comme Tabalak, Doguérawa (région de Tahoua) et Tolkboy et Burburkabé (région de Tillabéri).
Objectif de l’atelier est s’échanger sur les points suivant : (i) l’importance de la culture de la tomate au Niger, (ii) les principaux ennemies de la tomate au Niger, et (iii) la lutte contre tuta absoluta.
Le projet Tuta absoluta vise la production des technologies et innovations qui permettrons de combattre l’insécurité alimentaire au Niger avec l’augmentation de la productivité de la tomate par la mise en place d’un système de gestion intégrée de la mineuse de la tomate à travers : (i) l’information et la sensibilisation de tous les acteurs de la chaine de valeur tomate sur la présence de la tuta absoluta au Niger, (ii° l’élaboration des stratégies de gestion intégrée des populations de tuta absoluta, (iii) l’édition d’un manuel de référence.
Le préfet du département de Konni, M. Abbass Sarkin Abzin a rappelé que l’amélioration de la production l’amélioration de la production des cultures maraichères comme la tomate est l’une des garanties de la sécurité alimentaire au Niger, objectif chers aux plus hautes autorités de ce pays, au premier rang desquelles le Président de la République, Son Excellence El Hadj Issoufou Mahamadou. Il a indiqué que les populations de son département tirent d’énormes bénéfices de la culture de la tomate, d’où la nécessité de connaitre les ennemis de la tomate et mieux combattre tuta absoulta.
Au cours de cet atelier, plusieurs communications ont été présentées dont : Aperçu sur la filière tomate au Niger,  les ennemis de la tomate au Niger et Méthode de lutte, présentation de la chenille mineuse de la  tomate : description, bio écologie, gestion intégrée de la mineuse de la tomate, problématique de l’utilisation des pesticides au Niger : discussion sur les carrés de traitements, Démonstration de la technique de piégeage

Djibrilla Abdou Malam

mardi 10 mai 2016

Visite du Ministre d'État, Ministre de l'Agriculture et de l'Élevage M Abouba Albadé à l’Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN)

Le Ministre d'État, Ministre de l'Agriculture et de l'Élevage M Abouba Albadé à visiter l’INRAN hier dans l’après midi en vue de rencontrer ses nouveaux partenaires des services rattachés à son département ministériel. En compagnie de ses collaborateurs, le Ministre Albadé Abouba a rencontré tout le personnel de cet établissement public à caractère scientifique, culturel et technique. 359 agents y travaillent.
En présentant l'institut le Directeur Général a indiqué que l'INRAN connait une véritable renaissance ces cinq dernières années. Il a 35 résultats de recherches concluants. Il s'est surtout réjoui de l'augmentation de la subvention de l'État qui est passé du simple à plus du double. Cependant il a soumis quelques doléances dont
1. Accélération du processus d'adoption du Statut des PAT ;
2. Sécurisation de l'ensemble du patrimoine de l'Institut (Région de Niamey, Kollo, Ouallam, Maradi, Diffa, etc.) ;
3. Rehaussement de la Subvention Nationale pour renforcer les activités de recherche et les ressources humaines ;
4. Accompagnement de l'INRAN pour la mise en œuvre :
des programmes de recherches développement bilatéraux tels que les projets BID Riz, BID SAPEP, PPAAO, etc. ;
des projets de recherche développement dans les zones spécifiques du Niger telles l'Irhazer, la Magia, les Goulbi, les Dallols, la Mamouri, les cuvettes, la zone de Kandagi, etc.
Par ailleurs, les deux syndicats des agents de la recherche agronomique ont dans leur dolence en plus de celles dites par le Directeur Générale ont évoqué la question de l’'insuffisance des équipements de laboratoires et des moyens logistiques
Le ministre d.'État a félicité le personnel pour les résultats satisfaisants qui concourent à l'atteinte de l'objectif «Faim Zéro ». Reconnaissant que les défis sont nombreux, M. Albadé Abouba a promis que l'État va accompagner au mieux l'INRAN tout en exigeant aux chercheurs davantage de résultats. Ce fut alors le visités des stands des résultats de recherches.

Djibrilla Abdou
Zabeirou Moussa

dimanche 1 mai 2016

Présentation du schéma directeur d’approvisionnement en combustibles domestiques de la ville de Niamey

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet de Gestion des Forêts Naturelles et approvisionnement Durable en bois énergie des villes du sahel (FONABES) ; s’est tenu le jeudi 28 Avril 2016 à Niamey dans la salle de réunion de Africa Hall, l’atelier de présentation du Schéma Directeur d’Approvisionnement en Combustibles Domestiques de la ville de Niamey. L’atelier a regroupé une quarantaine de participants du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, du Ministère de l’Aménagement du Territoire, du Ministère de l’Énergie et du Pétrole, du Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage, des élus locaux, de la société civile et des institutions nationales et internationales partenaires; la liste des participants est jointe en annexe.
L’objectif de l’atelier est de procéder à la présentation et à l’examen des résultats issus du processus d’élaboration du schéma Directeur d’Approvisionnement en combustibles Domestiques (SDACD) de la ville de Niamey réalisé avec l’appui du projet FONABES.


Atelier de restitution des résultats du Projet «Amélioration de la productivité du Voandzou au Niger»

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet compétitif sur le Voandzou financé par le Programme de Productivité Agricole en Afrique de Ouest (PPAAO-Niger), l'Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN) principal porteur de ce projet a organisé le 29 avril 2016 à Dosso un atelier de restitution des résultats du projet «Amélioration de la productivité du Voandzou au Niger». Cet atelier a regroupé d’éminents chercheurs spécialistes du domaine, des experts et techniciens de terrain ainsi que les représentants des projets et des organisations paysannes intervenant dans le cadre de la promotion et la production du Voandzou.
La cérémonie d’ouverture à été présidé par le Coordonateur de l’initiative 3N de Dosso. Dans son allocution Monsieur Attikou a tout d’abord exprimé toute sa profonde gratitude pour le choix de la Région de Dosso pour abriter cet atelier, il a indique que Dosso compte comte une superficie de 31 000 km2 avec une population de 2 040 699 habitant et Dosso fait partie des région où l’agriculture est la principale activité économique exercé par les populations.

vendredi 11 mars 2016

Les acteurs de la filière « Violet de Galmi » formés sur les normes de qualité, la certification et la commercialisation de cette variété d’oignon

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet compétitif sur l’oignon violet de Galmi financé par le Programme de Productivité Agricole en Afrique de Ouest (PPAAO-Niger), l'Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN) principal porteur de ce projet a organisé du 08 au 10 mars 2016 à Konni un atelier de sensibilisation et de formation sur les normes de qualité, la certification et la commercialisation de la variété d’oignon « Violet de Galmi ». Cet atelier a regroupé pendant trois (3) jours d’éminents chercheurs spécialistes du domaine, des experts et techniciens de terrain ainsi que les représentants des projets  et des organisations paysannes intervenant dans le cadre de la promotion et la production du Violet de Galmi.
Plusieurs allocutions ont marqué la cérémonie officielle d’ouverture de l’atelier. D’abord le maire de Birnin Konni s’est félicité du choix de sa ville pour abriter cette rencontre importante pour ses populations qui cultivent cette spéculation.