lundi 9 décembre 2013

Atelier de planification des activités 2014 du Projet AGRIFAM-Niger

Un Atelier de planification pour l’élaboration du Plan de Travail Annuel 2014 est organisé par la coordination AGRIFAM de concert avec les acteurs des chaines de valeur du niébé du 07 au 08 novembre 2013 dans la salle de réunion de DECOR/INRAN à Niamey.

Lors de séance de travail
Rappelons que le Projet AGRIFAM concerne six (6) pays de l’Afrique de l’Ouest dont le Bénin, le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Togo et le Sénégal. Il a pour objectif de proposer des options politiques et stratégiques d’appui à la diffusion et à l’adoption des innovations au sein des exploitations familiales. La stratégie d’intervention est la promotion de plateformes multi-acteurs pour une formulation conjointe de ces options. Pour assurer la contribution effective de l’agriculture à la croissance économique, l’augmentation de l’adoption des innovations technologiques reste primordiale. Ainsi, le projet met l’accent sur les relations entre les différents acteurs impliqués au sein des systèmes d’innovation agricole et en particulier au niveau des chaines de valeur. Pour assurer l’efficacité et la transparence dans l’élaboration de son Plan de Travail Annuel (PTA), AGRIFAM élabore chaque année, conjointement avec ses partenaires, son PTA basé sur un plan d’actions triennal régional adopté.

L’objectif global de l’atelier est de planifier les activités du projet AGRIFAM-Niger pour 2014 en collaboration avec les partenaires. Spécifiquement, il s’agit de : (i) faire un point actualisé sur les actions menées par le projet et ses partenaires en 2013, et les reports prévus sur 2014 ; (ii) échanger sur les problèmes rencontrés lors de la mise en œuvre du cadre de programmation 2013 et identifier les possibilités d’amélioration ; (iii) planifier les activités à mener en 2014 par AGRIFAM-Niger et identifier, sur la base des résultats attendus, les rôles des différents partenaires ; (iv) établir une feuille de route pour les prochaines étapes.

La méthodologie consiste à présenter les activités prévues et réalisées en 2013 et celles prévues en 2014.
Dr Maman Sabiou, Coordonnateur national de AGRIFAM a rappelé les difficultés rencontrées à savoir : (i) la lourdeur des procédures administratives du CORAF car après le lancement régional du projet en Mars 2013 il faut signer des sous contrat entre l’ISRA qui assure la coordination régionale  et les autres institutions de recherche des 6 pays bénéficiaires du projet. Les échanges avant de signer le sous contrat INRAN /ISRA a pris du temps et juste après signature l’ordonnatrice de décaissement à CORAF est partie en congé, ce qui a conduit ; (ii) le retard de décaissement de la 1ère tranche reçue en fin Octobre 2013.

A l’issue de cet atelier les participants ont élaboré un Plan de Travail Annuel 2014 et une feuille de route pour les prochaines étapes.
Djibrilla Abdou Malam Abdou,Chargé de Communication et Barmo Soukaradji,Chargé de Suivi-évaluation
Source : http://agrifamniger.wordpress.com

vendredi 29 novembre 2013

AVIS D’APPEL D’OFFRE DE BOURSES DU PPAAO/WAAPP-NIGER


Dans le cadre de la mise en œuvre de ce CNS-EL, il est prévu le renforcement des capacités humaines par des formations de longues durées pour l’obtention des diplômes de doctorat (ou PhD) et de Master. C’est dans cet objectif que le Secrétariat Exécutif du Conseil National de la Recherche Agronomique du Niger qui assure la coordination nationale du programme lance un appel d’offres de 47 bourses dont 29 pour le diplôme de Masters et 18 pour le diplôme de doctorat (PhD) dans les disciplines suivantes :

mardi 26 novembre 2013

Lancement du Projet AGRIFAM-Niger

Photo de famille

Dans le cadre du projet "Identification d´options politiques et stratégiques pour une meilleure adoption des technologies par les exploitations familiales (AGRIFAM)" un atelier s´était déroulé le 23 Novembre 2013 à Djirataoua (Région de Maradi). Cette rencontre organisée conjointement par l´Institut National de la recherche Agronomique du Niger (INRAN) et la Fédération SA’A a regroupé les producteurs, les médias, les autorités administratives et traditionnelles locales. Le projet AGRIFAM-Niger concerne principalement la culture de niébé compte tenu de son importance socio-économique au Niger en général et dans la Région de Maradi en particulier.

Les objectifs de l´atelier étaient de présenter le Projet et ses activités aux différents partenaires, d´obtenir l´adhésion des différents acteurs impliqués en termes de rôles, de responsabilités et de faire le  lancement officiel du Projet. Les travaux de l’atelier ont été constitués de discours, des présentations PowerPoint du Projet suivi de débats. La cérémonie d’ouverture de l’atelier a été marquée par deux interventions, celle du Maire de la Commune de Djirataoua et celle du Coordonnateur du projet AGRIFAM-Niger.

mardi 5 novembre 2013

Vigilance contre une épidémie de la maladie des feuilles en cuillère de la tomate (TYLC) sur Datura stramonium dans la zone périurbaine de Niamey.


La maladie des feuilles jaunes en cuillère de la tomate est causée par un virus connu sous le nom de TYLCV (Tomato Yellow Leaf Curl Virus). Elle est largement répandue au Niger sur les solanacées cultivées (tomate, poivron ou piment), les cucurbitacées (concombre) et les fabacées (haricot).Comment lutter contre ce virus ?

HAOUGUI Adamou, BASSO Adamou (INRAN), KIMBA Aїssa, Patrick DELMAS (RECA).

L’INRAN et le RECA produisent régulièrement des notes sur les cultures maraîchères, en partenariat avec la DGPV sur les questions phytosanitaires. Ces notes sont destinées aux structures et dispositifs d’appui conseil (OP, services techniques, ONG, projets, GSC/GIE) pour actualiser leurs connaissances, améliorer leurs conseils et utiliser ces contenus dans leurs formations.
Télécharger la note, 4 pages, 847 Ko. 

samedi 19 octobre 2013

Fiche technique : préparation d’une solution aqueuse de neem contre les ravageurs des cultures maraîchères.

La comparaison des fiches utilisées, jusqu'à présent, a montré des variations « quantitatives » qui vont amener des doses différentes de matière active utilisée par ha.
En agriculture, un pesticide doit être utilisé à une dose précise. Cette dose a été étudiée pour protéger les cultures et pour limiter les risques pour le producteur, l’environnement et pour les consommateurs.
Le respect de la dose de matière active par unité de surface traitée est donc un élément important de l’efficacité des traitements phytosanitaires, même avec des biopesticides. C’est pourquoi une nouvelle fiche technique est proposée après consultation de l’INRAN et de la DGPV.

jeudi 17 octobre 2013

LE BROYEUR, UNE SOLUTION POUR AMELIORER L’ALIMENTATION DE NOTRE CHEPTEL

Le Broyeur de paille est une innovation technologique, fruit de la collaboration entre le Centre de Développement de l’Artisanat Rural et du Machinisme Agricole (C/DARMA) et l’Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN).
Il permet de réduire en farine les éléments grossiers dont entre autres les gousses, les résidus de récolte, etc. Le Broyeur est d’une conception très simple, Le châssis est assez robuste pour résister à la vibration du moteur diesel de 6 CV qui l’équipe.

vendredi 11 octobre 2013

Témoignages

Dans le cadre des Activités du Projet CORAF/Aus/AID; l’équipe du Dr Salissou Issa, Chercheur à l’INRAN a recueilli quelques témoignages des bénéficiaires des activités menées par le dit Projet.
Écoutons ses témoignages :  
  • D'un Éleveur Peuh nomade, Mr Moussa Hardo, Acheteur de Fourrage sur le périmètre de Djirataoua
  Mr Moussa Hardo et Dr Salissou Issa 
Je suis venu acheter le fourrage vert qui est très bien pour mes vaches. J’achète une parcelle de 0,16 ha à 0,4 ha que je récolte progressivement pour distribuer à mes animaux; ça fait environ 11 ans que nous profitons du périmètre irrigué. Auparavant, après la récolte du maraîchage et du coton nous faisions paître nos animaux sur le périmètre mais maintenant il est interdit d’y faire entrer nos animaux. Avec les cultures fourragères que font les agriculteurs, nous et nos animaux sommes bien. Nous sommes prêts à acheter le fourrage vert d’autres cultures fourragères en cas d’introduction. Nous souhaitons bonne continuité au projet australien dans la Commune de Djirataoua.

jeudi 10 octobre 2013

Entretien avec Dr Baoua Ibrahim, Chercheur de l'INRAN ayant contribué aux travaux de recherche et à la diffusion du sac PICS au Niger

‘’Le niébé est une culture d’avenir pour les pays sahéliens ; il y a donc besoin d’appuyer nos producteurs pour la résolution de conservation de cette légumineuse’’
Dr Baoua Ibrahim
Dr Baoua Ibrahim
                                                                 
La conservation du niébé, l’une des principales cultures de rente de nos paysans, constituait jusqu’alors un véritable casse tête. Heureusement, des chercheurs nigériens se sont penchés sur cette question. Et une réponse adéquate a été trouvée par l’un d’entre eux
Dr Baoua Ibrahim de l’INRAN de Maradi. Ce qui, d’ailleurs, a valu à ce compatriote le prix de la prestigieuse Université Purdue des Etats Unis. Dans cet entretien, Dr Baoua Ibrahim présente son invention, mais aussi son impact sur les préoccupations des pays.
Dr. Baoua Ibrahim, Vous êtes lauréat d’un prix d’une université américaine, dites nous brièvement en quoi consiste ce prix ?
Il s’agit d’une reconnaissance délivrée par la prestigieuse  Université Purdue des USA. Il est dénommé « PURDUE ENTOMOLOGY SPECIAL MERIT AWARD ». Elle a été attribué en raison des résultats exceptionnels produit lors la mise en œuvre du projet PICS (Projet de l’Université Purdue pour le Stockage Amélioré du Niébé) financé par la fondation Bill et Melinda Gates.

vendredi 4 octobre 2013

Lancement Officiel du « Projet initiative d’urgence pour le riz »

Sous le haut patronage du Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture, Monsieur. Abdou LABO
Le 04 octobre 2013 à l’Institut National de la Recherche Agronomique du Niger 
(Niamey INRAN)/DECOR
video
La Bandérole de l'Atelier
Discours de lancement du projet prononcé par le SG du Ministère de l'Agriculture


La lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire est une préoccupation partagée par l’ensemble des acteurs du développement rural. Pour ce faire, le Niger s’est doté d'outils multiples de gestion du développement rural parmi lesquels on retient la Stratégie de réduction de la pauvreté, la Stratégie du développement rural, la Stratégie nationale de développement de l’irrigation et de collecte des eaux de ruissellement qui est le document cadre des politiques sectorielles. Dans le cadre de la mise en œuvre de ces outils qui accordent une place de choix à l’accroissement des productions nationales, les autorités de la 7ème République ont mis en route l’initiative « 3 N », (les nigériens nourrissent les nigériens) qui contribuera certainement à améliorer significativement les conditions de productions agricoles.

jeudi 3 octobre 2013

Le Centre National de Spécialisation en Elevage (CNS-EL) du PPAAO/WAAPP-Niger

Sur le plan institutionnel, le CNS-EL fait partie du Système National de Recherche Agronomique (SNRA) et est constitué de 4 agences d’exécution à savoir l’Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN), la Faculté d’Agronomie, le Centre de Multiplication du Bétail (CMB) et le Laboratoire Central de l’Elevage (LABOCEL). Le CNS-EL  peut nouer des relations avec  d’autres institutions nationales ou internationales, puisqu’il doit évoluer vers un centre d’Excellence régionale en élevage.

A la découverte de l’Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN)

L’Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN), créé en 1975, est depuis avril 2010 un Etablissement public à caractère scientifique, culturel et technique (EPSCT). Ce changement de statut lui confère une plus grande autonomie scientifique, administrative et financière et, traduit la volonté de l’Etat d’impulser une nouvelle dynamique à la recherche agricole.
L’institut est doté d’un conseil d’administration et d’un conseil scientifique et sa tutelle est assurée par le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage.

Coopération : INTSORMIL– INRAN

Une vue de la Séance de travail

Du 26 au 28 septembre 2013, une mission des responsable du FEED THE FUTURE INNOVATION LAB a mémé un Atelier et une visite d’échange sur les possibilités de mise en œuvre des projets collaboratifs avec les partenaires américains.
La réunion a commencé par les mots d’ouverture de la réunion par le Directeur Général de l’INRAN suivi de la présentation des participants. Ensuite, Pr Professeur Timothy de Kansas State University a présenté le projet a proprement dit. Il a fait un rappel sous forme de résumé de la première phase du projet INTSORMIL et ses expériences durant les trente dernières années. Il a ensuite fait une comparaison avec l’actuel programme Feed the Future.

Le Laboratoire de Technologie Alimentaire (LTA) de l’Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN) en partenariat avec le Centre de Formation en Boulangerie (AGAPE)

Organisent un Atelier de Formation des Boulangers sur la Technologie de panification des farines composées (Mil, sorgho, Niébé dans le pain) suivi d’une journée porte ouverte de dégustation des pains composés du 09 au 13 Septembre 2013.
Au Centre Régional de la Recherche Agronomique de Niamey (CERRA-Niamey).

La sécurité alimentaire et le développement agricole durable ainsi que la transformation et la commercialisation des produits agro sylvo-pastoraux et halieutiques nigérien, sont une option fondamentale contenue dans le Programme Initiative 3N et constitue l’un des 5 axes stratégiques du Plan de Développement Economique et Social PDES 2013-2015.
Pour la mise en œuvre de son programme de sécurité alimentaire et de développement agricole durable, le Niger a conjugué ses efforts avec plusieurs Partenaires Techniques et Financiers.