jeudi 3 octobre 2013

Coopération : INTSORMIL– INRAN

Une vue de la Séance de travail

Du 26 au 28 septembre 2013, une mission des responsable du FEED THE FUTURE INNOVATION LAB a mémé un Atelier et une visite d’échange sur les possibilités de mise en œuvre des projets collaboratifs avec les partenaires américains.
La réunion a commencé par les mots d’ouverture de la réunion par le Directeur Général de l’INRAN suivi de la présentation des participants. Ensuite, Pr Professeur Timothy de Kansas State University a présenté le projet a proprement dit. Il a fait un rappel sous forme de résumé de la première phase du projet INTSORMIL et ses expériences durant les trente dernières années. Il a ensuite fait une comparaison avec l’actuel programme Feed the Future.
L’équipe de « Feed the Future Innovaton Lab for Collaborative Reseach on Sorghum and Millet » est porteur du programme et joue le rôle de facilitateur entre les Universités américaines porteurs (contracteurs) des projets et les collaborateurs (sous contractants) des NARS, des Universités et des Organisations paysannes, etc.
Le Feed the Future est financé par l’USAID et a pour objectifs principaux de mettre en relation les Université américaines et les chercheurs et scientifiques des pays en développement ; et de renforcer les capacités humaines et institutionnelles pour résoudre les problèmes d’insécurité alimentaire, nutritionnelle et réduire la pauvreté.
Il a pour but accroître la croissance agricole par l’amélioration de la productivité agricole et les capacités d’investissement des producteurs, le développement des marchés et la création de l’emploi. Il a également pour but l’amélioration de l’état nutritionnelle de la femme et de enfants en mettant à leurs dispositions des produits variés et accessibles. Cela permet accroître la résilience de la communauté et des ménages vulnérables.
Pour ce faire une approche inclusive, participative et collaborative est adoptée pour répondre aux préoccupations et aux attentes des acteurs locaux (chercheurs, organisations paysannes, producteurs, transformateurs, etc.).
Ensuite, Pr Timothy a développé les grands axes de rechercher dans les trois pays avant de se focaliser sur les possibilités de recherché au Niger sur les trois thèmes de recherches énumérés ci-dessus :
  • L’amélioration Génétique du mil et du sorgho,
  • Les systèmes de production,
  • Le développement des marchés et des produits à valeur ajoutée.
Il a par la suite notifié l’importance des sous thèmes transversaux tels le genre, la prise en compte du genre, l’environnement et la nutrition dans la formulation et la conduite des activités.
Le programme durera 10 ans, en deux phases. La seconde phase est conditionnée par les résultats de la première phase. Il est logé au niveau de trois pays, deux en Afrique de l’Ouest, le Niger et le Sénégal, et un en Afrique de l’Est, Ethiopie. La sélection de ces pays est faite sur plusieurs critères entre autres la diversité des variétés de Mil et de sorgho, l’importance de la production du mil et du sorgho et les possibilités de continuer les recherches déjà existantes sur le projet INTSORMIL.

L’USAID a mis un budget global de US$ 13 700 000 pour la mise en œuvre des projets au niveau des trois pays, l’Ethiopie; le Niger et le Sénégal. Mais ce budget peut être amélioré au niveau local grâce à la contribution d’autres partenaires.

Le mécanisme de financements des projets est basé la proposition de note conceptuelle de projets collaboratifs entre universités américaines et les acteurs nationaux (NARS, Université, etc.).
Suite à cette première présentation ; une séance de question réponse est ouverte. Il ressort de cette séance les possibilités de mise en relation des Universitaires américaines avec les scientifiques des pays en développement. La liste des chercheurs américains intéressés par les recherches sur le mil et le sorgho est disponible sur le site web : k-state.edu\smil. D'autres informations sur le programme Feed the Future et le programmes INTSORMIL sont disponibles sur le site Web.
Le financement des infrastructures tel qu’un laboratoire est possible sur la base d’un plaidoyer solide auprès de l’ambassade.

Le programme a prévu la formation d’une trentaine de personnes dans les trois pays concernés en concurrence de dix (10) personnes en moyenne par pays. Il permet aussi de cofinancer des formations avec d’autres projets financés par l’USAID.

 Champ expérimental de mil à la station de N'Dounga (CERRA Kollo)
Par la suite, Professeur Timothy a continué par la présentation des résultats des études au niveau régional en fonction des principales zones climatiques et par sous thèmes (socioéconomique, biotique, abiotique, de gestion et post récolté). Ensuite, une séance d’exerces a permis d’identifier les principales contraintes spécifiques au Niger. 

Par la suite la mission a effectué des visites des différentes installation de l'INRAN, ou elles s'est rendue au CERRA Kollo. Là elle a eu des explication des responsable de l’expérimentation sur les champ de Mil.

Source :
Djibrilla Abdou Malam Abdou
Chargé de Communication

Aucun commentaire:

Publier un commentaire